summaryrefslogtreecommitdiffstats
diff options
context:
space:
mode:
authorFabrice Orgogozo <Fabrice.Orgogozo+git@gmail.com>2012-03-29 16:33:38 +0200
committerFabrice Orgogozo <Fabrice.Orgogozo+git@gmail.com>2012-03-29 16:33:38 +0200
commitc343e1463c8702bf7e5aaaf482cf58cf0e90c42d (patch)
tree4e5d42fcdcc1bf5ab77571772209b26665950a9d
parent6903b3a59c6b42ab78d28282b70e94e0883bf50e (diff)
parent1013425b793073c438bacafe020c0b0c709268bd (diff)
downloadgalois-c343e1463c8702bf7e5aaaf482cf58cf0e90c42d.tar.gz
galois-c343e1463c8702bf7e5aaaf482cf58cf0e90c42d.tar.bz2
galois-c343e1463c8702bf7e5aaaf482cf58cf0e90c42d.zip
Merge branch 'master' of git.madore.org:galois
-rw-r--r--chapitres/corps-finis.tex10
-rw-r--r--chapitres/radicaux.tex161
2 files changed, 108 insertions, 63 deletions
diff --git a/chapitres/corps-finis.tex b/chapitres/corps-finis.tex
index 3552907..acea098 100644
--- a/chapitres/corps-finis.tex
+++ b/chapitres/corps-finis.tex
@@ -1221,7 +1221,7 @@ $a^{(p-1)/p'}$ n'est pas congru à $1$ modulo $p$.
Sous l'hypothèse de la proposition, $p-1$ a deux diviseurs
premiers : $2$ et $ℓ$. Puisque $ℓ$ est impair,
$4ℓ+1$ congru à $5$ modulo $8$, de sorte que
-(\refext{ACF}{formule-complementaire}) $2^{(p-1)/2}$ est congru à $-1$
+(\ref{formule-complementaire}) $2^{(p-1)/2}$ est congru à $-1$
modulo $p$. Enfin, $2^{(p-1)/ℓ}=2^4≡1$ modulo $p$ entraîne $p=3$ ou $5$.
\end{démo}
@@ -1544,7 +1544,8 @@ $(\ZZ/8\ZZ)^\times$, or ce dernier n'est pas cyclique (il a quatre
quatre facteurs de degré $1$) pour $q \equiv 1 \pmod{8}$, et se
factorise en deux facteurs de degré $2$ pour tout autre $q$
impair. (\XXX Peut-on être un chouïa plus explicite sur la
-factorisation de $\Phi_8$ modulo $p$ ?)
+factorisation de $\Phi_8$ modulo $p$ ? Par ailleurs, cette remarque
+fait doublon avec l'exercice \ref{exercice-Phi8} ajouté après.)
\item Si $n$ est multiple de deux nombres premiers impairs distincts
$\ell_1,\ell_2$, alors, de même, $\Phi_n$, bien qu'irréductible dans
$\ZZ[X]$ ou $\QQ[X]$, n'est irréductible dans aucun $\FF_q$ : en
@@ -3093,10 +3094,11 @@ Principia quibus innititur sectio circuli, ac divisibilitas eiusdem
geometrica in septemdecim partes etc.
\end{quote}
-On trouvera dans \refext{Cons}{} un calcul explicite lorsque $p=17$.
+On trouvera dans \refext{Radicaux}{racine-17e-de-1} un calcul
+explicite lorsque $p=17$.
\subsubsection{Réciprocité quadratique}
-Cf. \refext{ACF}{reciprocite-quadratique}.
+Cf. \ref{reciprocite-quadratique}.
Soit $ℓ≠p$ un nombre premier impair.
Notons $χ=(χ_{\mathrm{quad}},\dots,χ_{\mathrm{quad}})$
diff --git a/chapitres/radicaux.tex b/chapitres/radicaux.tex
index 8cf8396..a3243f8 100644
--- a/chapitres/radicaux.tex
+++ b/chapitres/radicaux.tex
@@ -387,12 +387,15 @@ en \ref{definition-corps-clos-par-radicaux} fait que cet énoncé
n'était pas trivial : on n'autorise pas une « expression par
radicaux » telle que $\root m\of 1$ puisqu'on ne peut, avec nos
règles, prendre les racines $n$-ièmes qu'à condition d'avoir déjà les
-racines $n$-ièmes de l'unité. Mais une fois cette observation faite,
-la définition d'expression par radicaux que nous avons donnée est
-heureusement la même que toutes les autres trouvées dans la
-littérature (au moins en caractéristique $0$, des petites variantes
-pouvant se trouver selon qu'on admet ou non les racines $\wp$-ièmes,
-ou parfois chez certains auteurs des racines $p$-ièmes inséparables).
+racines $n$-ièmes de l'unité (de sorte qu'un élément de $k\resol$ peut
+être écrit comme une expression en radicaux quelle que soit la
+détermination choisie pour les racines $n$-ièmes). Mais une fois
+cette observation faite, la définition d'expression par radicaux que
+nous avons donnée est heureusement la même que toutes les autres
+trouvées dans la littérature (au moins en caractéristique $0$, des
+petites variantes pouvant se trouver selon qu'on admet ou non les
+racines $\wp$-ièmes, ou parfois chez certains auteurs des racines
+$p$-ièmes inséparables).
\end{remarque2}
\subsubsection{Remarque algorithmique}\label{remarque-algorithmique-expressions-radicaux} Même si ce n'est pas
@@ -409,7 +412,7 @@ caractéristique $0$ pour simplifier) :
cyclique d'ordre $m$ engendré par un élément $\sigma$ et que $k$
contient les racines $m$-ièmes de l'unité dont on note $\zeta$ une
racine primitive, alors $\alpha_j := \sum_{i=0}^{m-1} \zeta^{ij}
- \sigma^i(\gamma)$ vérifie $\sigma(\alpha_j) = \zeta^j \alpha_j$ donc
+ \sigma^i(\gamma)$ vérifie $\sigma(\alpha_j) = \zeta^{-j} \alpha_j$ donc
$a_j := \alpha_j^m$ appartient à $k$. On peut calculer $a_j$ (pour
$0\leq j \leq m-1$), puis exprimer $\alpha_j$ comme $\root m \of
a_j$ (ou peut-être comme $\zeta^{t_j} \root m\of a_j$ avec un $t_j$
@@ -444,13 +447,14 @@ sur ce problème.
\subsubsection{} On se propose dans cette section d'expliquer comment
calculer explicitement des expressions en radicaux des racines
-$n$-ièmes de l'unité.\commentaire{Expliquer pourquoi
-$ω=\sqrt[n]{1}$ n'est pas recevable !} Afin d'uniformiser les notations, on appellera
-toujours $\omega$ une racine primitive $n$-ième de l'unité (qu'on
-cherche à exprimer en radicaux), tandis que $\zeta$ désignera une
-racine $m$-ième de l'unité pour un autre $m$ (divisant $\varphi(n)$)
-qui sera utilisée dans le calcul. On introduira aussi fréquemment
-$\gamma = \frac{1}{2}(\omega + \omega^{-1})$.
+$n$-ièmes de l'unité (en utilisant la détermination standard, dite
+« principale » des racines $m$-ièmes, cf. ci-dessous). Afin
+d'uniformiser les notations, on appellera toujours $\omega$ une racine
+primitive $n$-ième de l'unité (qu'on cherche à exprimer en radicaux),
+tandis que $\zeta$ désignera une racine $m$-ième de l'unité pour un
+autre $m$ (divisant $\varphi(n)$) qui sera utilisée dans le calcul.
+On introduira aussi fréquemment $\gamma = \frac{1}{2}(\omega +
+\omega^{-1})$.
Afin de fixer le choix des racines $m$-ièmes, on plongera $\QQ\resol$
dans le corps $\CC$ des complexes. On utilise alors la notation
@@ -481,7 +485,8 @@ de l'unité pour fixer la détermination). En fait, si $n_1$ et $n_2$
sont premiers entre eux, le théorème chinois permet d'obtenir une
expression plus agréable, puisqu'il garantit que toute racine
primitive $n$-ième de l'unité est produit d'une racine primitive
-$n_1$-ième et d'une racine primitive $n_2$-ième.
+$n_1$-ième et d'une racine primitive $n_2$-ième (par exemple,
+$e^{2i\pi/15} = e^{-2i\pi/3} \cdot e^{4i\pi/5}$).
\subsubsection{} Supposons donc $n$ premier impair. On a alors
$\varphi(n) = n-1$, et le groupe $(\ZZ/n\ZZ)^\times$ est cyclique : on
@@ -493,41 +498,79 @@ exprimer, et $\zeta$ une racine primitive $(n-1)$-ième de l'unité,
dont on suppose déjà connue une expression en radicaux.
Selon la stratégie générale exposée
-en \ref{remarque-algorithmique-expressions-radicaux}, on va définir
-$\alpha_j := \sum_{i=0}^{n-2} \zeta^{ij} \omega^{g^i}$.
-
-Pour calculer l'expression en radicaux d'une racine $n$-ième de
-l'unité $\omega$, on peut décrire l'algorithme précédent de la manière
-suivante, en supposant déjà connue une racine $(n-1)$-ième de
-l'unité $\zeta$ : poser $\alpha_j := \sum_{i=0}^{n-2} \zeta^{ij}
-\omega^{g^i}$ (on a alors $\omega = \frac{1}{n-1} \sum_{j=0}^{n-2}
-\alpha_j$) et calculer $a_j := (\alpha_j)^{n-1}$, qui s'exprime en
-fonction de $\zeta$ uniquement. Pour justifier ce fait, on peut
-invoquer le fait que $\QQ(\zeta,\omega)$ est galoisienne sur
-$\QQ(\zeta)$ de groupe de Galois $(\ZZ/n\ZZ)^\times = \ZZ/(n-1)\ZZ$
-(\XXX --- référence ?), mais en fait on peut aussi simplement affirmer
-qu'on fait les calculs dans $\QQ(\zeta)[X]/(\Phi_n)$ (pour lequel il
-est évident que $\omega \mapsto \omega^g$ constitue un automorphisme
-en notant $\omega$ la classe de $X$), ce qui est le cas en pratique.
-En fait, on n'est pas obligé de monter jusqu'à $(\alpha_j)^{n-1}$ pour
-chaque $j$ : si $d$ désigne le pgcd de $n-1$ et $j$, alors déjà
-$(\alpha_j)^{(n-1)/d}$ s'exprime en fonction de $\zeta$, et même de
-$\zeta^d$, uniquement.
-
-Dans le cadre qu'on vient de décrire, on s'intéresse souvent à
-l'expression $\gamma := \frac{1}{2}(\omega + \omega^{-1})$
-(c'est-à-dire $\cos\frac{2\pi}{n}$ pour le bon choix de $\omega$,
-cf. ci-dessous). Remarquons que $\omega^{-1} = \omega^{g^{(n-1)/2}}$,
-de sorte que $\sum_{i=0}^{n-2} \zeta^{ij} \omega^{-g^i}$ vaut $(-1)^j
-\alpha_j$ (toujours avec $\alpha_j = \sum_{i=0}^{n-2} \zeta^{ij}
-\omega^{g^i}$ défini plus haut). La somme $\frac{1}{2}
-\sum_{i=0}^{n-2} \zeta^{ij} (\omega^j + \omega^{-j})$ qui sert, dans
-l'algorithme considéré ici, à calculer $\gamma$, vaut donc $\alpha_j$
-ou $0$ selon que $j$ est pair ou impair ; ou pour dire les choses
-différemment, le calcul de $\gamma$ passe par le calcul des $\alpha_j$
-avec $j$ pair uniquement (c'est-à-dire qu'on peut se contenter des
-racines $\frac{n-1}{2}$-ièmes de l'unité) : on a $\gamma =
-\frac{1}{n-1} \sum_{j=0}^{(n-3)/2} \alpha_{2j}$.
+en \ref{remarque-algorithmique-expressions-radicaux}, on va poser
+$\alpha_j := \sum_{i=0}^{n-2} \zeta^{ij} \omega^{g^i}$ : on a alors
+$\omega = \frac{1}{n-1} \sum_{j=0}^{n-2} \alpha_j$, et il s'agit de
+voir que $\alpha_j$ est racine $m$-ième (pour un certain $m$, par
+exemple $n-1$) d'un élément de $\QQ(\zeta)$ à calculer explicitement.
+
+Pour justifier ce fait, il est naturel d'invoquer le fait que
+$\QQ(\zeta,\omega)$ est galoisienne sur $\QQ(\zeta)$ de groupe de
+Galois $(\ZZ/n\ZZ)^\times = \ZZ/(n-1)\ZZ$ (\XXX --- référence ?), avec
+pour générateur $\sigma \colon \omega\mapsto \omega^g$, de sorte que
+$\sigma(\alpha_j) = \zeta^{-j} \alpha_j$, et $\sigma(a_j) = a_j$ si
+$a_j = (\alpha_j)^{n-1}$. En vérité, on n'a pas vraiment besoin
+d'utiliser ce résultat : en effet, on peut travailler dans l'anneau $R
+:= \QQ(\zeta)[X]/(\Phi_n)$, où on note $\mathring\omega$ la classe
+de $X$ : il est alors évident que $\sigma \colon \mathring\omega \to
+\mathring\omega^g$ constitue un automorphisme de $R$ (vu que
+$\Phi_n(\mathring\omega^g) = 0$), et une fois calculée une égalité
+dans $R$ (entre une puissance $m$-ième de $\alpha_j$ et un élément
+de $\QQ(\zeta)$), on peut l'appliquer à $\omega$ puisque
+$\Phi_n(\omega) = 0$. Cette observation indique également la manière
+dont on peut mener les calculs : travailler dans $\QQ(\zeta)[X]$
+modulo $\Phi_n$ (ou encore dans $\QQ[X]$ modulo $\Phi_{n(n-1)} =
+\Phi_n \Phi_{n-1}$).
+
+En fait, il n'est pas nécessaire de monter jusqu'à la puissance
+$(n-1)$-ième de $\alpha_j$ : si $d$ désigne le pgcd de $n-1$ et $j$,
+alors déjà $(\alpha_j)^{(n-1)/d}$ est invariant par $\sigma$ dont
+appartient à $\QQ(\zeta)$, et en fait, comme il s'agit d'une somme ne
+faisant intervenir que $\zeta^d$ (et $\omega$) et que toutes les
+remarques du paragraphe précédent s'appliquent aussi bien à
+$\QQ(\zeta^d)$, on a même $(\alpha_j)^{(n-1)/d} \in \QQ(\zeta^d)$.
+
+(Par exemple, on a $\alpha_0 \in \QQ$, et de fait, $\alpha_0 =
+\sum_{i=0}^{n-2} \omega^{g^i} = \sum_{t \in (\ZZ/n\ZZ)^\times}
+\omega^t$ est la somme des racines primitives $n$-ièmes de l'unité,
+donc l'opposé du coefficient sous-dominant de $\Phi_n = X^{n-1} +
+X^{n-2} + \cdots + 1$, c'est-à-dire $-1$. Quant à $\alpha_{(n-1)/2} =
+\sum_{t \in (\ZZ/n\ZZ)^\times} \Legendre{t}{n} \omega^t$, son carré et
+rationnel, et on peut montrer, toujours sous l'hypothèse que $n$ soit
+premier impair, que $\alpha_{(n-1)/2}$ vaut $\sqrt{n}$ ou $\sqrt{-n}$
+selon que $n\equiv 1\pmod{4}$ ou $n\equiv 3\pmod{4}$. \XXX)
+
+Pour une même valeur de $d := \pgcd(j,n-1)$, les différents $\alpha_j$
+sont reliés entre eux par l'action du groupe de Galois de
+$\QQ(\zeta,\omega)$ au-dessus de $\QQ(\omega)$ cette fois, ce qui
+signifie qu'une fois calculé l'un d'entre eux on peut en déduire tous
+les autres (c'est sans doute plus utile au niveau du
+$(\alpha_j)^{(n-1)/d}$, qui appartient à $\QQ(\zeta)$, qu'au niveau de
+$\alpha_j$ puisque celui-ci fait intervenir une racine
+$\frac{n-1}{d}$-ième dont la détermination risque de ne pas bien se
+comporter par rapport au groupe de Galois qu'on vient d'évoquer).
+Ceci n'est pas forcément d'une grande utilité dans les calculs (qu'il
+est aussi simple de refaire $\varphi(\frac{n-1}{d})$ fois), mais cela
+explique au moins la raison pour laquelle les expressions dans les
+radicaux de chacune des sommes qu'on va calculer ci-dessous sont très
+semblables les unes aux autres.
+
+\subsubsection{} Dans le cadre qu'on vient de décrire, on s'intéresse
+souvent à l'expression $\gamma := \frac{1}{2}(\omega + \omega^{-1})$,
+c'est-à-dire $\cos\frac{2\pi}{n}$ pour le choix usuel des
+déterminations complexes. Remarquons que $\omega^{-1} =
+\omega^{g^{(n-1)/2}}$, de sorte que $\sum_{i=0}^{n-2} \zeta^{ij}
+\omega^{-g^i}$ vaut $(-1)^j \alpha_j$ (toujours avec $\alpha_j =
+\sum_{i=0}^{n-2} \zeta^{ij} \omega^{g^i}$ défini plus haut). La somme
+$\frac{1}{2} \sum_{i=0}^{n-2} \zeta^{ij} (\omega^j + \omega^{-j})$ qui
+sert, dans l'algorithme considéré ici, à calculer $\gamma$, vaut donc
+$\alpha_j$ ou $0$ selon que $j$ est pair ou impair ; ou pour dire les
+choses différemment, le calcul de $\gamma$ passe par le calcul des
+$\alpha_j$ avec $j$ pair uniquement (et notamment, qu'on peut se
+contenter des racines $\frac{n-1}{2}$-ièmes de l'unité, et que les
+racines qui interviendront seront au plus des racines
+$\frac{n-1}{2}$-ièmes) : on a précisément $\gamma = \frac{1}{n-1}
+\sum_{j=0}^{(n-3)/2} \alpha_{2j}$.
Une fois calculé $\gamma = \frac{1}{2}(\omega + \omega^{-1})$ (en
radicaux), on peut éventuellement en déduire une expression (toujours
@@ -562,7 +605,7 @@ imaginaire positive.
\XXX --- Ce texte est tout pourri. Le réécrire.
-\subsubsection{$n=3$} Si $\omega$ désigne une racine cubique
+\subsubsection{$n=3$}\label{racine-3e-de-1} Si $\omega$ désigne une racine cubique
primitive de l'unité, c'est-à-dire une racine de $\Phi_3 = X^2 + X +
1$, alors on a $\omega^2 = -1-\omega = \omega^{-1}$, et la quantité
$\alpha := (\omega - \omega^{-1})$ vérifie $\alpha^2 = \omega^2 - 2 +
@@ -573,7 +616,7 @@ la détermination principale des racines, on peut écrire $\alpha =
e^{2i\pi/3} = \frac{1}{2}(-1+\sqrt{-3})
\]
-\subsubsection{$n=4$} Si $\omega$ désigne une racine
+\subsubsection{$n=4$}\label{racine-4e-de-1} Si $\omega$ désigne une racine
primitive $4$-ième de l'unité, c'est-à-dire une racine de $\Phi_4 =
X^2 + 1$, alors on a $\omega^2 = -1$. Eu égard aux conventions que
nous avons faites sur la détermination principale des racines, on peut
@@ -582,7 +625,7 @@ nous avons faites sur la détermination principale des racines, on peut
e^{i\pi/2} = \sqrt{-1}
\]
-\subsubsection{$n=5$} Si $\omega$ désigne une racine
+\subsubsection{$n=5$}\label{racine-5e-de-1} Si $\omega$ désigne une racine
primitive $5$-ième de l'unité, c'est-à-dire une racine de $\Phi_5 =
X^4 + X^3 + X^2 + X + 1$, alors on considère les quantités $\alpha_j
:= \sum_{i=0}^3 (\sqrt{-1})^{ij} \omega^{2^i}$, c'est-à-dire :
@@ -618,7 +661,7 @@ on trouve $\sin\frac{2\pi}{5} = \frac{1}{4} \big( \root4\of{-15 +
20\sqrt{-1}} + \root4\of{-15 - 20\sqrt{-1}} = \sqrt{10 +
2\sqrt{5}}$.
-\subsubsection{$n=6$} Si $1,\zeta,\zeta^2$ désignent les racines
+\subsubsection{$n=6$}\label{racine-6e-de-1} Si $1,\zeta,\zeta^2$ désignent les racines
cubiques de l'unité, alors les racines sixièmes de l'unité sont
$1,-\zeta^2, \zeta,-1, -\zeta,\zeta^2$. (Citées dans cet ordre car
avec nos conventions sur le fait que la racine principale est celle
@@ -626,7 +669,7 @@ qui a la partie réelle la plus grande et la partie imaginaire
positive, si $\zeta$ est la racine cubique principale, la racine
sixième principale est $-\zeta^2$.)
-\subsubsection{$n=7$} Si $\omega$ désigne une racine
+\subsubsection{$n=7$}\label{racine-7e-de-1} Si $\omega$ désigne une racine
primitive $7$-ième de l'unité, alors on considère les quantités
$\alpha_j := \sum_{i=0}^5 (-\zeta^2)^{ij} \omega^{3^i}$ où $\zeta$ est
une racine cubique primitive de l'unité (et donc $-\zeta^2$ une racine
@@ -683,7 +726,7 @@ Comme pour le cas $n=5$ on pouvait aussi calculer $\sin\frac{2\pi}{7}
= \sqrt{1 - \cos^2\frac{2\pi}{7}}$, mais l'expression ainsi obtenue ne
semble pas plus agréable que celle reproduite ci-dessus.
-\subsubsection{$n=11$} Maintenant $\omega$ désigne une racine
+\subsubsection{$n=11$}\label{racine-11e-de-1} Maintenant $\omega$ désigne une racine
primitive $11$-ième de l'unité. On considère les quantités $\alpha_j
:= \sum_{i=0}^9 (-\zeta^3)^{ij} \omega^{2^i}$ où $\zeta$ est une
racine primitive $5$-ième de l'unité (et donc $-\zeta^3$ une racine
@@ -762,7 +805,7 @@ vaut $\sqrt{-11}$. On obtient finalement :
\end{array}
\]
-\subsubsection{$n=13$} \XXX
+\subsubsection{$n=13$}\label{racine-13e-de-1} \XXX
\[
\begin{array}{rl}
@@ -779,7 +822,7 @@ vaut $\sqrt{-11}$. On obtient finalement :
\end{array}
\]
-\subsubsection{$n=17$} \XXX
+\subsubsection{$n=17$}\label{racine-17e-de-1} \XXX
\[
\begin{array}{rl}
@@ -789,7 +832,7 @@ vaut $\sqrt{-11}$. On obtient finalement :
\end{array}
\]
-\subsubsection{$n=19$} \XXX
+\subsubsection{$n=19$}\label{racine-19e-de-1} \XXX
\begin{center}
\begin{tikzpicture}