summaryrefslogtreecommitdiffstats
path: root/chapitres/RT.tex
diff options
context:
space:
mode:
authorFabrice (iLiburu) <Fabrice.Orgogozo@gmail.com>2011-01-05 09:51:46 (GMT)
committerFabrice (iLiburu) <Fabrice.Orgogozo@gmail.com>2011-01-05 09:51:46 (GMT)
commit9b397c6baf243cfab623ede077eff43b67f0d05f (patch)
treebf934a1dd51c9555c9ce0668bb262038b95be28a /chapitres/RT.tex
parent71624bddf4e7e63397a9af8213153bdbdb06a3ba (diff)
downloadgalois-9b397c6baf243cfab623ede077eff43b67f0d05f.zip
galois-9b397c6baf243cfab623ede077eff43b67f0d05f.tar.gz
galois-9b397c6baf243cfab623ede077eff43b67f0d05f.tar.bz2
renommage massif : séparation des fichiers de configuration des chapitres etc.
Diffstat (limited to 'chapitres/RT.tex')
-rw-r--r--chapitres/RT.tex403
1 files changed, 403 insertions, 0 deletions
diff --git a/chapitres/RT.tex b/chapitres/RT.tex
new file mode 100644
index 0000000..2503c80
--- /dev/null
+++ b/chapitres/RT.tex
@@ -0,0 +1,403 @@
+\ifx\danslelivre\undefined
+\documentclass[9pt]{smfart-moi}
+\input{commun}
+\input{smf}
+\input{adresse}
+\input{gadgets}
+\input{francais}
+\input{numerotation}
+\input{formules}
+\input{encoredesmacros}
+
+\usepackage{stmaryrd}
+\usepackage{graphics}
+\usepackage[usenames,dvipsnames]{xcolor}
+%\usepackage{makeidx}
+\usepackage{tikz}
+\usetikzlibrary{matrix}
+\usepackage{srcltx} % pour passer du dvi au tex en cliquant
+%\usepackage{pxfonts}
+
+\textwidth13cm % pour pouvoir lire le nom des étiquettes si \usepackage{showkeys}
+\externaldocument{extensions-algebriques} % là où regarder
+\externaldocument{categories}
+\externaldocument{entiers}
+\externaldocument{KAS}
+%\makeindex
+
+\title{Extensions radicielles et transcendantes}
+
+\begin{document}
+\maketitle
+\tableofcontents
+\else
+\chapter{Extensions radicielles et transcendantes}
+\fi
+
+
+\section{Degré de transcendance}
+\section{Extensions radicielles. $p$-bases}
+\section{Extensions séparables}
+\section{Extension régulières, linéairement disjointes}
+
+\subsection{Extensions linéairement disjointes (facultatif)}
+
+La démonstration de \ref{fonctorialite-finie-galois} (iii), et particulièrement le lemme
+\ref{premier-exemple-extensions-lineairement-disjointes}, motivent la définition suivante (voir aussi
+\ref{produit-tens-infini=corps} ci-dessous).
+
+\begin{définition2}
+Soient $k$ un corps et $I$ un ensemble. Une famille d'extensions $(k_i\bo k)_{i∈I}$
+est dite \emph{linéairement disjointe} \index{extensions linéairement disjointes}
+si le produit tensoriel infini $⨂_{i∈I,\,\bo k} k_i$,
+défini en \refext{Tens}{produit tensoriel infini} est un anneau intègre. S'il en est ainsi, on appelle \emph{extension composée générique}
+\index{extension composée générique} de cette famille d'extensions
+le corps des fractions de l'anneau $⨂_{i,\,\bo k} k_i$, noté
+$\bigodot_{i,\,\bo k} \, k_i$, ou simplement
+$\bigodot_i\,k_i$ si cela ne prête pas à confusion.
+\end{définition2}
+
+On dit aussi que les extensions $k_i\bo k$, $i∈I$, sont \emph{linéairement disjointes}.
+
+\subsubsection{}\label{generalite-compose-generique}Soient $k$ un corps et $(k_i\bo k)_{i∈I}$ une famille d'extension. Pour tout
+sous-ensemble \emph{fini} $J$ de $I$, notons $A_J$ le produit tensoriel $⨂_{j∈J,\, \bo k}
+k_j$. Pour $J⊆J'$, les morphismes de $k$-algèbres $π_{J,J'}:A_J→A_{J'}$, $⨂_{j∈J}
+λ_j↦⨂_{j∈J}λ_j⊗⨂_{j'∈J'\setminus J} 1$,
+font des $A_J$ un \emph{système inductif}, indicé par l'ensemble ordonné filtrant (à
+droite) des parties finies de $I$, dont on rappelle que $A:=⨂_{i∈I,\,\bo k} k_i$
+est la colimite (cf. \ref{definition ou proposition produit tensoriel infini}).
+
+Puisque $k$ est un corps, les $k_i$ sont fidèlement plats sur $k$, de sorte que les
+morphismes $π_{J,J'}$ sont \emph{injectifs} (\ref{fidele platitude}).
+Une colimite filtrante d'injections est une injection (\ref{colimite filtrante mono=mono}) que, pour toute partie finie
+$J$ de $I$, l'application canonique $s_J:A_J→A$, $⨂_j λ_j↦ (⨂_j λ_j)⊗⨂_{i∉J} 1$
+est \emph{injective}. (C'est également vrai pour un sous-ensemble quelconque $J$.)
+En d'autres termes, $A$ est la \emph{réunion} des sous-$k$-algèbres $A_J$ ($J⊆I$, fini),
+identifiées à leurs images dans $A$ par les applications $s_J$.
+Puisque chaque $A_J$ est engendré, en tant que $k$-algèbre, par les images de
+$k_j=A_{\{j\}}$ pour $j∈J$, il en résulte que, si $A$ est intègre, son corps des fractions $\bigodot_{i,\,\bo k} \, k_i$
+est engendré, en tant qu'\emph{extension} de $k$, par les (images des) $k_i$. C'est aussi
+la réunion filtrante des corps des fractions des anneaux intègres $\Frac(A_J)$ ($J⊆I$ fini).
+
+Remarquons que si $I=\{1,2\}$ est un ensemble à deux éléments et les extensions $k₁\bo k$, $k₂\bo k$ sont
+linéairement disjointes sur $k$, l'extension composée générique $\bigodot_{i∈\{1,2\},\,
+k}\,k_i$ (munie des inclusions naturelles) est une extension composée de $k₁$ et $k₂$ sur $k$ au sens de
+\ref{extension-composee}.
+
+Le terme « générique » fait référence au fait que le corps
+des fractions d'un anneau intègre $A$ n'est autre que le corps résiduel
+de son localisé en son idéal premier $(0)$, appelé « point générique » de $\Spec(A)$.
+(Comparer avec \ref{existence-extension-composee}.)
+
+
+\begin{lemme2}\label{tens-infini-entier-et-plat}
+Soient $k$, $(k_i\bo k)_{i∈I}$ et $A$ comme ci-dessus.
+Considérons une famille $(K_i\bo k_i)_{i∈I}$ d'extensions,
+et $B$ le produit tensoriel infini $⨂_{i∈I,\,\bo k}\,K_i$, muni de sa structure de
+$A$-algèbre évidente. Notons ${K_i}_{A}$ la $A$-algèbre déduite de $K_i$
+par le changement de base $k_i→A$.
+\begin{enumerate}
+\item Le morphisme $A→B$ est \emph{plat} ; il est \emph{entier} si les extensions
+$K_i\bo k_i$ sont \emph{algébriques}.
+\item Le morphisme $⨂_{i∈I,\,\bo k}\,K_i→⨂_{i∈I,\,\bo A}\,{K_i}_A$
+déduit des inclusions $k$-linéaires $K_i→{K_i}_A$ est un
+\emph{isomorphisme}.
+\end{enumerate}
+\end{lemme2}
+
+\begin{démo}
+(i) Pour toute partie finie $J⊆I$, l'anneau $B_J$ est plat sur $A_J$ :
+cela résulte de \ref{produit-tensoriel-plats}. Comme une colimite de morphismes plats
+est plat, cf. \ref{colimite de plats}, on a le résultat souhaité. Le fait que
+$A→B$ soit entier se démontre de même en utilisant \refext{Ent}{produit-tensoriel-d-entiers}
+et la proposition \ref{union-entiers=entier} ci-dessous.
+
+(ii) Cela résulte de \ref{chapitre produit tensoriel}.
+\end{démo}
+
+ \begin{proposition}\label{union-entiers=entier}
+Soient $A$ un anneau, $(A_i)_{i∈I}$ une famille de sous-anneaux telle que
+$A=⋃_{i∈I} A_i$ et $B$ une $A$-algèbre telle que $B=⋃_{i∈I}B_i$
+où chaque $B_i$ est une sous-$A_i$-algèbre \emph{entière} de $B$.
+Alors, $B$ est entier sur $A$. Plus généralement, si $(A_i,π_{ij})_{i∈I}$ et
+$(B_i,π'_{ij})_{i∈I}$ sont des systèmes inductifs d'anneaux, et $(f_i)_{i∈I}$ est un
+morphisme entre ces deux systèmes tel que chaque $f_i$ soit \emph{entier}, le
+morphisme $f=\colim_{i∈I} f_i:\colim_{i∈I} A_i→ \colim_{i∈I} B_i$ qui s'en déduit est également
+entier.
+\end{proposition}
+
+Observons que ce résultat généralise \refext{Ent}{pdt-tens-entiers}.
+
+\XXX La démonstration ci-dessous est moche.
+
+\begin{démo}
+Cas particulier où $(A_i)_{i∈I}$ est le système inductif constant de valeur $A$
+et $B=A[(B_i)_{i∈I}]$, où chaque $B_i$ est une sous-$A$-algèbre de $B$.
+Soit $b∈B$. Il existe une partie finie $I(b)⊆I$ telle que
+$b∈A[(B_j)_{j∈I(b)}]$. Puisque $A[(B_j)_{j∈I(b)}]$ est un quotient de la
+$A$-algèbre entière $⨂_{j∈I(b)} B_j$ (\ref{pdt-tens-entiers}), c'est une algèbre
+entière sur $A$.
+
+Réduction au cas particulier où le système inductif $(A_i)$ est constant.
+Pour chaque indice $i$, les deux morphismes $A→B$ et $B_i→B$ induisent, par propriété universelle
+du produit tensoriel, un morphisme de $A$-algèbres $B'_i=B_i⊗_{A_i} A→B$.
+Chaque $B'_i$ est entière sur $A$ (cf. \ref{cb-entier}). D'autre part,
+le morphisme canonique de $A$-algèbres
+$\colim_{\Ann} B_i→\colim_{\textrm{$A$-$\Alg$}} B'_i$ est un isomorphisme. Il suffit
+en effet de vérifier que pour toute $A$-algèbre $T$, l'application ensembliste
+$c:\Hom_A(\colim_{\Ann}
+B_i,T)=\prlim\Hom_{A_i}(B_i,T)←\Hom_A(\colim_{\textrm{$A$-$\Alg$}}
+B'_i,T)=\prlim \Hom_A(B'_i,T)$ qui s'en déduit est une bijection. Définissons l'application
+inverse. Soit $φ=(φ_i)$ un système compatible
+de morphismes de $A_i$-algèbres $B_i→T$ et notons $φ'=(φ'_i)$ la famille
+des morphismes $B'_i=B_i⊗_{A_i} A→T$ qui s'en déduisent. C'est un système compatible
+et l'application $φ↦φ'$, $\Hom_A(\colim B_i,T)→\Hom_A(\colim_A B'_i,T)$, ainsi définie est l'inverse de
+l'application $c$.
+
+Réduction au cas particulier où le système inductif $A_i$ est constant et où
+$B=A[(B_i)_{i∈I}]$. D'après ce qui précède, on peut supposer $A_i$ constant de valeur $A$.
+Soit $\gtilde{B_i}⊆B$ l'image du morphisme $B_i→B=\colim_{j∈I} B_j$ et montrons
+que l'injection $B'=A[(\gtilde{B_i})_{i∈I}]↪B$ est un isomorphisme.
+Pour tout $i$, $B'$ reçoit naturellement $B_i$ de sorte que l'on peut définir,
+par propriété universelle de la colimite, un morphisme $B→B'$ de $A$-algèbres.
+Comme le morphisme composé $B_i→B'→B$ est le morphisme canonique $B_i→B$, le
+composé $B→B'→B$ est l'identité. Le morphisme $B'→B$ est donc surjectif. CQFD.
+\end{démo}
+
+\begin{lemme2}\label{sorites-compose-generique}
+\begin{enumerate}
+\item Une famille d'extensions est linéairement disjointe \ssi toute
+sous-famille finie est linéairement disjointe.
+\item L'extension composée générique d'une famille d'extensions linéairement disjointes
+est la réunion filtrante des extensions composées génériques de ses sous-familles finies.
+\item Soient $k$ un corps et $(k_i\bo k)_{i∈I}$, $(k'_i\bo k_i)_{i∈I}$ deux familles
+d'extensions. Si les $(k'_i\bo k)_{i∈I}$ sont linéairement disjointes, il en est de même
+des sous-extensions $(k_i\bo k)_{i∈I}$.
+\end{enumerate}
+\end{lemme2}
+
+Le (i) affirme que la propriété d'être linéairement disjointes est de « caractère fini ».
+
+\begin{démo}
+(i) La condition est évidemment nécessaire : un sous-anneau d'un anneau intègre est
+intègre. Elle est suffisante car une réunion filtrante d'anneaux intègres est intègre.
+(ii) Cf. \ref{generalite-compose-generique}. (iii) Pour toute partie finie $J⊆I$,
+le morphisme canonique $A_J=⨂_{j∈J,\,\bo k}\, k_j→A'_J=⨂_{j∈J,\,\bo k}\, k'_j$ est
+injectif par platitude. Il en résulte que le morphisme colimite $A=⨂_i\,k_i→A'=⨂_i\, k'_i$
+est également injectif. Si $A'$ est intègre, $A$ l'est aussi.
+\end{démo}
+
+\begin{lemme2}\label{produit-tens-infini=corps}
+Soient $k$ un corps et $(k_i\bo k)_{i∈I}$ une famille d'extensions \emph{algébriques}.
+Elle est linéairement disjointe \ssi le produit tensoriel
+$⨂_{i∈I,\,\bo k}\, k_i$ est un \emph{corps}.
+\end{lemme2}
+
+\begin{démo}
+La condition est évidemment suffisante.
+Réciproquement, si les $k_i\bo k$ sont algébriques, chaque produit
+tensoriel \emph{fini} $A_J=⨂_{j∈J}\,k_j$ est entier sur $k$ (cf. \ref{pdt-tens-entiers}).
+D'autre part, $A:=⨂_i\, k_i$ est la réunion des $k$-algèbres entières $A_J$ donc
+est entier sur $k$ (\ref{union-entiers=entier}).
+La conclusion résulte du fait qu'un anneau \emph{intègre} entier sur un corps est
+un corps (\ref{entier-integre=corps}).
+\end{démo}
+
+
+\begin{corollaire2}\label{stabilite-compose-generique}
+Soient $k$ un corps et $(k_i\bo k)_{i∈I}$ une famille linéairement disjointe
+d'extensions. Si chaque extension $k_i\bo k$ est normale (resp. algébrique séparable,
+resp. galoisienne), l'extension composée générique $\bigodot_i\,k_i\,\bo k$ est normale (resp. séparable,
+resp. galoisienne).
+\end{corollaire2}
+
+\begin{démo}
+Puisqu'une réunion filtrante d'extensions normales (resp. algébrique séparable,
+resp. galoisienne) est normale (resp. algébrique séparable, resp. galoisienne), on peut
+supposer $I$ fini, et finalement $\# I=2$, auquel cas cela résulte
+de \ref{cb-extension-normale} (pour la normalité) et de \ref{corollaire-compose-etale} (pour la séparabilité).
+\end{démo}
+
+Avant de donner l'exemple particulièrement important des extensions
+transcendantes pures, voici un critère utile.
+
+\begin{lemme2}
+Soient $k$ un corps, et $(A_i)_{i∈I}$ une famille de $k$-algèbres intègres telle
+le produit tensoriel infini $⨂_{i∈I,\,\bo k}\, A_i$ soit intègre. Alors, les
+extensions $\Frac(A_i)\bo k$ sont linéairement disjointes.
+\end{lemme2}
+
+\begin{démo}
+Puisque les applications $A_J→A$ ($J⊆I$) sont injectives (par platitude),
+la propriété d'être intègre « passe à la sous-famille ».
+On peut donc supposer $I$ fini, auquel cas cela résulte du fait que $⨂_i\, K_i$
+est un \emph{localisé} de l'anneau intègre $⨂_i\,A_i$ (cf. \ref{produit
+tensoriel et localisation}).
+\end{démo}
+
+\begin{exemple2}\label{transcendantes-pures=lin-disjointes}
+Soient $k$ un corps, $I$ un ensemble et $(A_i)_{i∈I}$ une famille d'ensembles.
+Les extensions $k(X_α,\,α∈A_i)\bo k$ sont linéairement disjointes.
+\end{exemple2}
+
+D'après le critère précédent, il suffit en effet de vérifier que le produit
+tensoriel $⨂_{i∈I} k[X_α, \,α∈A_i]$ est intègre.
+dans le cas particulier où $I$ est fini.
+Ceci résulte de l'existence d'un isomorphisme (donné par le produit des polynômes)
+$⨂_{i∈I} k[X_α, \,α∈A_i]\iso k[X_α,\,α∈\coprod_{i∈I} A_i]$ (\ref{produit
+tensoriel d'anneaux de polynômes}).
+(On vérifie sans peine que l'application produit induit un isomorphisme même si $I$
+est infini.)
+
+\begin{remarque2}
+On montrera plus tard (\ref{}) que les extensions $𝐐(ζ_{p^∞})\bo 𝐐$, pour $p$ premier, sont linéairement disjointes.
+\end{remarque2}
+
+\begin{théorème2}\label{Gal-prod-tens-infini=produit-infini}
+Soient $k$ un corps, et $I$ un ensemble d'indices.
+Considérons une famille d'extensions $(L_i\bo k)_{i∈I}$ \emph{linéairement disjointes} et,
+pour chaque $i$, une sous-$k$-extension $K_i$ de $L_i$ telle que
+$L_i\bo K_i$ soit galoisienne, de groupe noté $G_i$.
+Notons $L=\bigodot_{i∈I,\,\bo k}\, L_i$ et $K=\bigodot_{i∈I,\,\bo k}\,
+K_i$ (cf. \ref{sorites-compose-generique} (iii)).
+Alors, l'extension $L\bo K$ est \emph{galoisienne} et le morphisme $∏_i G_i→G_{L\bo K}$,
+déduit de l'application $∏_i G_i→\Aut_k(⨂_i L_i)$, $(g_i)_{i∈I}↦\big(⨂_i x_i↦⨂_i g_i(x_i)\big)$ par passage au
+corps des fractions, est un isomorphisme, d'image inverse l'application
+produit des morphismes de restriction $G_{L\bo K}→∏_i G_{L_i\bo K_i}$.
+\end{théorème2}
+
+En d'autres termes, le foncteur $\Gal$ transforme $\bigodot$ en produit.
+
+Commençons par énoncer et démontrer le corollaire suivant
+(obtenu en posant $K_i=k$ pour tout $i$),
+qui généralise l'énoncé \ref{fonctorialite-finie-galois} (iii) au cas
+d'un nombre éventuellement infini d'extensions de corps.
+
+\begin{corollaire2}
+Soient $K$ un corps et $(L_i\bo K)_{i∈I}$ une famille \emph{linéairement
+disjointe} d'extensions galoisiennes. Notons $L$ le \emph{corps}
+$⨂_{i∈I,\, \bo K}\, L_i$ (cf. \ref{produit-tens-infini=corps}). L'extension $L \bo K$ est galoisienne et
+le morphisme canonique $δ:∏_i G_{L_i \bo K}→G_{L\bo K}$,
+$(g_i)_{i∈I}↦\big(⨂_i x_i↦⨂_i g_i(x_i)\big)$ est un isomorphisme,
+d'image inverse l'application $ρ:G_{L\bo K}→∏_i G_{L_i\bo K}$, produit des morphismes de
+restriction $G_{L\bo K}→G_{L_i\bo K}$.
+\end{corollaire2}
+
+\begin{démo}[Démonstration du corollaire]
+D'après \ref{stabilite-compose-generique}, l'extension $L\bo K$ est galoisienne.
+Notons $G$ le produit $∏_i G_{L_i\bo K}$.
+Il est évident que le composé $ρ∘δ$ est l'identité car le plongement $L_i↪L$ est donné par
+l'application $λ_i↦λ_i⊗⨂_{j≠i} 1$. Il en résulte que $δ$ est injectif et $ρ$ surjectif.
+D'autre part, puisque $L$ est engendré sur $K$ par ses sous-corps $L_i$,
+l'application $ρ$ est nécessairement injective donc bijective. CQFD.
+\end{démo}
+
+\begin{démo}[Démonstration du théorème]
+Soient $A=⨂_{i∈I,\,\bo k}\,K_i$ et $B=⨂_{i∈I,\,\bo k}\,L_i$,
+de corps des fractions respectifs $K$ et $L$.
+On a vu en \ref{} que le morphisme canonique $B→⨂_{i,\,\bo A}\,{L_i}_A$
+est un isomorphisme. D'autre part, le morphisme $A→B$ étant plat et entier
+(\emph{loc. cit.}), il résulte du lemme \ref{frac-preserve-integrite} ci-dessous
+que l'application canonique $B_K→L$ est un isomorphisme.
+En conséquence, $L$ est $K$-isomorphe au produit tensoriel
+$\big(⨂_{i,\,\bo A}\,{L_i}_A\big)⊗_A K$, lui-même $K$-isomorphe au produit
+tensoriel infini
+$$
+⨂_{i,\,\bo K}\,{L_i}_K.
+$$
+Il en résulte d'une part que chaque ${L_i}_K=L_i⊗_{K_i} K$ est un corps
+(car intègre --- c'est un facteur d'un produit tensoriel intègre --- et entier sur $K$)
+et que ces $K$-extensions sont
+linéairement disjointes. D'après \ref{premier-exemple-extensions-lineairement-disjointes}
+et \ref{fonctorialite-finie-galois} (iii), l'extension ${L_i}_K\bo K$ est galoisienne de groupe $\Gal(L_i\bo K_i)$
+de sorte que le cas particulier démontré dans le corollaire
+nous donne un isomorphisme $G_{L\bo K}→∏G_{L_i\bo K_i}$, dont on vérifie
+sans peine que c'est celui de l'énoncé du théorème.
+\end{démo}
+
+\begin{lemme3}\label{frac-preserve-integrite}
+Soient $A$ un anneau intègre de corps des fractions $K$ et $B$ une $A$-algèbre
+intègre.
+\begin{enumerate}
+\item L'anneau $B_K=B⊗_A K$ est intègre.
+\item Si $A→B$ est entier et plat, l'application canonique $B→B_K$ est l'inclusion de
+$B$ dans son corps des fractions.
+\end{enumerate}
+\end{lemme3}
+
+\begin{démo}
+(i) Cf. \ref{corollaire localisation}.
+(ii) La $K$-algèbre $B_K$ est intègre d'après (i) et entière sur $K$
+(\ref{cb-entier}) ; c'est donc un corps (\ref{entier-integre=corps}).
+Considérons la suite exacte de $A$-modules
+$$
+0→A→K→K/A→0.
+$$
+Puisque $B$ est plat sur $A$ (\ref{generalite-compose-generique}) ; on obtient alors la suite exacte :
+$$
+0→B→B_K→(K/A)⊗_A B→0.
+$$
+
+En d'autres termes, l'application canonique $B→B_K$ est \emph{injective},
+et le $B$-module $B_K/B$ est isomorphe à $(K/A)⊗_A B$, de sorte
+qu'il est de \emph{torsion} car $K/A$ l'est comme $A$-module.
+(Rappelons qu'un module $M$ sur un anneau intègre $A$ est dit de torsion
+si pour tout $m∈M$, il existe $a∈A$ non nul tel que $am=0$.)
+Sous ces conditions, la flèche $B→B_K$ est bien l'application de passage au
+corps des fractions.
+\end{démo}
+
+
+\begin{théorème2}\label{Leptin}
+Tout groupe profini est groupe de Galois d'une extension. Plus précisément, pour
+tout corps $k$, il existe une extension $K\bo k$ ainsi qu'une extension $L\bo K$
+galoisienne de groupe $G$.
+\end{théorème2}
+
+\begin{démo}
+Soient $G=\prlim_{i∈I} G_i$ et $k$ comme dans l'énoncé.
+Puisque $G$ est naturellement un fermé du produit $∏_i G_i$, il résulte
+immédiatement de la théorie de Galois infinie que l'on peut supposer $G=∏_i G_i$.
+D'autre part, chaque $G_i$ est un sous-groupe d'un groupe symétrique $\got{S}_{n_i}$ (prendre
+$n_i=\# G_i$) donc il suffit de démontrer le théorème pour un groupe
+$G=∏_{i∈I} \got{S}_{n_i}$. Considérons $K_i=k(X_i,1≤i≤n_i)$ le corps
+des fractions rationnelles en $n_i$ indéterminées et
+$k_i=\Fix_{\got{S}_{n_i}}(K_i)$ (action par permutation des variables).
+L'extension $K_i\bo k_i$ est galoisienne de groupe $\got{S}_{n_i}$
+(\ref{exemple-galois-equation-generique}). D'autre part,
+d'après \ref{transcendantes-pures=lin-disjointes}, les extensions $K_i$ sont
+linéairement disjointes sur $k$ de sorte que l'on peut appliquer
+le théorème \ref{Gal-prod-tens-infini=produit-infini}.
+\end{démo}
+
+On trouvera dans \cite{Fried-Jarden}, §1.4 une démonstration reposant sur l'analogue
+profini du lemme d'Artin (\ref{lemme-Artin-profini}).
+
+Signalons également la
+
+\begin{conjecture2}
+Tout groupe fini est groupe de Galois d'une extension finie de $𝐐$.
+\end{conjecture2}
+
+Nous démontrerons plus tard des cas particuliers de cette conjecture
+(cas des groupes abéliens (\ref{groupe-abelien=galois-sur-Q}), \XXX à
+compléter).
+
+
+\begin{exercice2}
+Vérifier que $\bigodot_{i∈I,\,\bo k}\, k(X_α,α∈A_i)≃k(X_α,α∈\coprod_{i∈I}
+A_i)$.
+\end{exercice2}
+
+
+
+
+\section{Théorème de Lüroth}
+
+
+
+\ifx\danslelivre\undefined
+\bibliography{bibliographie-livre}
+\bibliographystyle{style-bib-livre}
+\end{document}
+\fi