summaryrefslogtreecommitdiffstats
path: root/chapitres/KASW.tex
diff options
context:
space:
mode:
Diffstat (limited to 'chapitres/KASW.tex')
-rw-r--r--chapitres/KASW.tex11
1 files changed, 7 insertions, 4 deletions
diff --git a/chapitres/KASW.tex b/chapitres/KASW.tex
index 0cf2ada..33a837f 100644
--- a/chapitres/KASW.tex
+++ b/chapitres/KASW.tex
@@ -61,7 +61,11 @@ dimension finie ;
(\refext{Versel}{KAS I})
\[ k[x_{i ∈ 𝐙/n}][\det(x_{i+j})^{-1}] ≃ k[t_{i ∈ 𝐙/n}^{±1}] ;
\]
-\item (résolvantes) utiliser les \emph{résolvantes de Lagrange} ;
+\item (Lagrange) utiliser les \emph{sommes de
+ Lagrange}\footnote{Cette somme est souvent appelée « résolvante » de
+Lagrange dans la littérature : nous avons préféré éviter cette
+terminologie puisqu'il ne s'agit pas de résolvantes au sens qui sera
+introduit au chapitre \refext{Calculs}{}.} ;
\item (cohomologique) utiliser la notion de $𝐙/n$-torseur,
leur description comme groupe de cohomologie (\refext{Formes}{H1G=TorsG})
et enfin le calcul de ce groupe via le théorème $90$ de Hilbert
@@ -234,7 +238,7 @@ où $i$ est un entier relatif quelconque. Suivant Lagrange
exposant la théorie de Galois « avant la lettre », montrent
que les extensions considérées dans ce chapitre sont appelées
« kummériennes » à tort. Voir par exemple \cite{cyclotomie@Weil}.}
-introduisons, pour chaque $ζ ∈ μ_n(k)$, les \emph{résolvantes}
+introduisons, pour chaque $ζ ∈ μ_n(k)$, les \emph{sommes de Lagrange}
\[
(ζ,x)=∑_{0 ≤ i <n} ζ^i x_i.
\]
@@ -256,7 +260,7 @@ l'égalité
\]
dont le terme de droite n'appartient pas à $k$,
montre qu'il existe une racine de l'unité $ζ$, nécessairement
-différente de $1$, telle que la résolvante $(ζ,x)$ n'appartienne
+différente de $1$, telle que la somme de Lagrange $(ζ,x)$ n'appartienne
pas à $k$. Elle est en particulier non nulle et $ζ$
est une racine primitive car $n$ est supposé premier.
@@ -826,7 +830,6 @@ $𝐙/p$-équivariant (\refext{Versel}{KAS I})
\]
où $𝐙/p$ agit sur $y$ (resp. les $x_i$) par translation (resp. translation
des indices) ;
-%\item (résolvantes) utiliser les \emph{résolvantes de Lagrange} ;
\item (cohomologique) utiliser la notion de $𝐙/p$-torseur,
leur description comme groupe de cohomologie (\refext{Formes}{H1G=TorsG})
et enfin le calcul de ce groupe reposant sur \refext{Formes}{H1Ga=0}.