summaryrefslogtreecommitdiffstats
path: root/chapitres
diff options
context:
space:
mode:
Diffstat (limited to 'chapitres')
-rw-r--r--chapitres/formes-tordues.tex11
1 files changed, 11 insertions, 0 deletions
diff --git a/chapitres/formes-tordues.tex b/chapitres/formes-tordues.tex
index 022d1ef..f5913ed 100644
--- a/chapitres/formes-tordues.tex
+++ b/chapitres/formes-tordues.tex
@@ -73,6 +73,12 @@ il en est donc de même de sa sous-algèbre $k_X$ (\refext{Alg}{sous-diag=diag})
Enfin, notons que tout morphisme $X→Y$ de $Π$-ensembles induit un morphisme de
$k$-algèbres $k_Y→k_X$.
+\begin{quote}
+On peut sans doute réécrire tout ça en terme de $π₀(A_K)$ ; c'est peut-être
+plus parlant. \XXX
+\end{quote}
+
+
\begin{proposition2}\label{Galois-Grothendieck fini}
Soit $K\bo k$ une extension finie étale de groupe
de Galois $Π$.
@@ -480,6 +486,11 @@ de la théorie dans un cas particulièrement simple.
\subsection{$k$-algèbres finies diagonalisables par $K\bo k$}\label{H1kSn}
+\begin{quote}
+réécrire les deux paragraphes suivants avec du $π₀$ et références
+à [Spec] \XXX
+\end{quote}
+
\subsubsection{}\label{H1kSn début} Considérons comme en \ref{exemple k-formes kn}
les catégories des $k$-algèbres, des $K$-algèbres
et le foncteur évident d'extension des scalaires (produit